Mon travail lie la réflexion théorique sur le spectacle vivant et la pratique de création qui fusionne l’élaboration des textes, la performance ou l’installation avec les techniques corporelles.

Il s’agit de projets réalisés collectivement avec les étudiants (depuis huit ans dans le cadre de l’enseignement supérieur) habituellement appelés « atelier de théâtre ».

Ce travail a toujours visé un dépassement des frontières entre les différents langages artistiques et un changement dans la communication habituelle dans l’enseignement universitaire.

Il recourt aux techniques corporelles qui fondent les bases du théâtre/performance, comme le phénomène de la présence « scénique ».

Il donne l’opportunité de s’ouvrir à l’expérience pleinement, non seulement à travers l’intellect mais aussi par la connexion à son corps notamment par des techniques respiratoires ou méditatives qui permettent d’identifier et de lever ses blocages.

Le travail s’inspire de méthodes reconnues (Grotowski, Odin Teatret, Yoshi Oida), mais même s’il recourt à des supports théoriques, aux écrits ou à des captations, l’atelier propose de les incorporer.

Jan Kott, auteur de Shakespeare notre contemporain, parlait de « frottement des textes »; dans ce travail collectif, il s’agit de croiser et déplacer des textes, des images et des actions, d’en extraire la poésie et de la rendre active.

A l’origine d’un tel projet se trouve toujours un questionnement, une mise en cause de soi-même, une tentative de créer une rupture dans les systèmes établis, les modes de pensées et le faux confort.

-- Joanna Pawelczyk